Le potage contre l’hypertension


Selon une nouvelle étude publiée par des chercheurs de l’Université de Barcelone, consommer régulièrement du gaspacho réduit de 27 % le risque d’hypertension artérielle. (1)

L’effet bénéfique du gaspacho est dû aux vertus de la tomate, du concombre, de l’ail et de l’huile d’olive, qui entrent dans sa composition et qui tous, individuellement, ont des vertus protectrices pour le cœur et les artères.

L’hypertension se caractérise par une pression anormalement forte du sang sur la paroi des artères. En situation de stress ou durant un effort physique, il est normal que la tension artérielle s’élève. Mais chez les personnes hypertendues, la tension reste élevée en permanence, même au repos ou en l’absence de stress.

A la longue, les artères souffrent, ce qui augmente le risque d’infarctus, d’accident vasculaire cérébral (AVC), d’insuffisance cardiaque (épuisement du cœur), de problèmes aux reins et aux yeux, car les petits vaisseaux sanguins qui les irriguent risquent d’éclater.


Gaspacho délicieux en moins de 15 minutes

Le gaspacho tout prêt Alvalle est vraiment excellent et se vend dans tous les supermarchés, au prix d’environ 3,90 euros le litre. (Je précise que je ne possède pas d’action de la société Alvalle, ni d’ailleurs d’aucune autre société.)

Il contient tomates, poivron, concombre, oignon, huile d’olive vierge extra, vinaigre de vin, sel, ail et jus de citron, et n’a pas de colorant ni conservateur ajouté.

Les légumes étant achetés en gros en Espagne et cuisinés immédiatement par le producteur, vous bénéficiez de l’effet de masse. Il vous sera presque aussi cher de cuisiner votre propre gaspacho, surtout en cette saison où les tomates ont le goût du navet et le prix des cerises.

Toutefois, pour être conservé, ce gaspacho est malheureusement pasteurisé (passé à haute température). Cela détruit en partie sa teneur en vitamines.

Alors voici une recette rapide, facile et bon marché à faire chez vous.

Pour quatre personnes, prenez :

– 6 tomates mures
– 1 concombre
– 1/2 poivron rouge
– 1/2 poivron vert
– 2 petits oignons
– 1 gousse d’ail
– 2 jus de citrons (ou plus, selon les goûts)
– 6 cuillères à soupe de vinaigre
– 1/2 verre d’huile d’olive
– basilic
– piment en poudre
– poivre et sel
– un verre d’eau

Préparation de la recette :
Réduisez l’ail et l’oignon en purée.

Lavez tous les autres légumes, épluchez le concombre, épépinez les poivrons, puis coupez les en morceaux.

Mixez les légumes avec la purée d’ail et d’oignon, puis ajoutez l’huile, le vinaigre, le jus de citron, le basilic, le sel, le poivre et le piment. Si la mixture reste trop épaisse, ajoutez de l’eau.

Bien mélanger et mettre au frigo deux heures.

Une recette idéale à faire avec les enfants : comme vous le voyez, il est a peu près impossible de rater un gaspacho…


Un peu de vocabulaire

Vous avez peut-être noté que j’ai intitulé cette lettre « Le potage contre l’hypertension », et non la soupe contre l’hypertension.

Le potage est une préparation de légumes et éventuellement de viande bouillis dans de l’eau, et qu’on mange avec l’eau de cuisson, mixée ou non.

Si vous décidez de sortir tous les morceaux et de ne garder que le jus, ce n’est plus du potage, mais du bouillon.

Votre potage ou votre bouillon deviennent une soupe lorsque vous les versez sur une tranche de pain. C’est le plat traditionnel des paysans français, qui n’est quasiment plus consommé aujourd’hui. Au Moyen-Âge, le mot soupe ne signifiait d’ailleurs pas la préparation liquide, mais la grosse tranche de pain elle-même, qui servait d’assiette et sur laquelle on versait la nourriture.

Les gastronomes dégraissent, filtrent leur bouillon, puis dégustent chaud ou glacé le précieux liquide ainsi obtenu : on parle alors d’un consommé, et il est souvent garni de morilles, d’asperges, de truffes ou aromatisé avec des vins madérisés.

Si, juste avant de le servir, vous liez votre potage avec de la crème fraîche, et que vous moulinez le tout pour obtenir une texture parfaitement onctueuse, il s’agit alors d’une crème

Ajoutez à cette crème un jaune d’œufs, pour mieux la lier que la crème fraîche, et vous dégusterez un velouté.

Il existe enfin une sorte particulière de velouté : lorsque l’ingrédient principal est un crustacé, on parle d’une bisque.

Avec ça, vous ne risquez plus de confondre potage Dubarry, crème Dubarry et velouté Dubarry…

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis 

About EdR

Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse continueront de glorifier le chasseur. (proverbe africain)

Posted on January 3, 2013, in bouillon, Gaspacho, hypertension, hypertension artérielle, Jean-Marc Dupuis, potage, soupe. Bookmark the permalink. Leave a comment.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: