Category Archives: Aspirin

nutrition

nutrition � DividendGrowth.ca

Nutrition

  • ASPIRIN – The wonder drug, also, it is believed, reduces the chance of death by cancer by inhibiting an enzyme that promotes cancer proliferation in tumours.
  • “A landmark study to be published in the June issue [2010] of the American Journal of Clinical Health provides direct evidence that refined, highly processed carbohydrates are worse for your heart than saturated fat.” Leslie Beck Globe and Mail, May 2010. Foods that do not provide a rush of insulin (low GI – under 55): “grainy breads with seeds, steel-cut oats, 100% bran cereal, brown rice, sweet potatoes, pasta, apples, citrus fruit, grapes, pears, legumes, nuts, milk, yogurt and soy milk.”
http://www.montignac.com/en/ig_recherche.php – a link for glycemic information
  • OMEGA-3: According to “studies reviewed by Dr Gomez-Pinilla (professor of neurosurgery and physiological science at UCLA), the benefits of omega-3s include improved learning and memory, and resistance to depression and bipolar sisorder, schizophrenia, dementia, attention-deficit disorder and dyslexia. Omega-3s are found in oily fish such as salmon, as well as in walnuts and kiwi fruit…” The Economist, July 19 2008
  • [vegetable] “Fats may be guarding against hip fractures” was the title of Dr Richard Beliveau’s column in the Whig on December 14 2010. “Replacing these fats [saturated, eg in red meat and in whole milk]”, Beliveau said, “with those with a vegetable origin, particularly olive oil and oils rich in polyunsaturated omega-3 (flax seeds, for example), is a simple and effective way to improve the quality of fat brought into our body, thereby contributing to the prevention of several diseases, including those affecting bone density.”
  • Vitamin D ”[I]n Scotland the sun is only strong enough to provide vitamin D between April and September. If the body’s reserves of vitamin D run out during the winter, they need to be topped up from oily fish, eggs, meat or a supplement.” BBC News Sept 2010
  • “More cinnamon, less cancer” was the title of Dr Richard Beliveau’s column of March 22, 2010. I put cinnamon along with honey on my multi-grain toast this morning. No butter! By weight, cinnamon has 25 times more more polyphenols than wild blueberries. ‘Attention on Prevention’ is the sub-title of Beliveau’s columns.
  • Pistachio nuts may help prevent your arteries from clogging, your blood vessels clean and your heart healthy and strong. Consumer Reports on Health. We use non-salted pistachio nuts. Also containing phytosterols like pistachio nuts are sunflower and pumpkin seeds, flax seeds and pine nuts.
  • Inflammation – Rosmarinic acid curbs inflammation. Rosmarinic acid can be found in rosemary, of course, and also oregano, sage, thyme, marjoram and lemon balm.
  • To be healthy we need thirty minutes of moderate-intensity exercise five times a week. According to Paul Taylors’ Globe and Mail Column on March 20 2009, moderate-intensity walking is 100 steps in 60 seconds times 30 minutes – “a brisk walk” said Dr. Marshall.
  • Raw veggies are not necessarily more nutritious was Leslie Beck’s thrust in her May 27 2009 Globe and Mail column. Tomatoes and spinach are better for you if cooked. Broccoli, kale and garlic, better raw.
  • Mental Health : “there is nothing so urgent that it cannot be postponed in favour of a cup of tea”
  • PHYTOCHEMICALS: The highest levels of anti-cancer compounds (phytochemicals) are found in greeen tea, soybeans, and tumeric. Phytochemical activity “targets the processes involves in the development of a tumour”. p.75 Foods that Fight Cancer by Beliveau and Gingras
  • GOBS + CCC + TTT – I’m trying to remember the eleven chapters in Part II of Foods that Fight Cancer: three begin with T – tumeric, tomatoes and tea (green); three with C – citrus, chocolate (dark) and cabbage; and GOBS with a silent W (actually the W is invisible) stand for: red wine, garlic (onions etc), Omega 3s, berries (blue in particular) and soy.
  • The term “whole grain” bread includes the wheat germ, but “whole wheat” may not.
  • GREEN TEA holds a place of prime importance in any diet planned with cancer prevention in mind. Of all foods, it contains one of the highest proportions of anti-cancer molecules” p.115 Cooking with Foods that Fight Cancer by Beliveau and Gingras is a terrific book. We now use Japanese gyokuro green tea as it is richer in catechins. Gyokuro is about $32 for 100 grams.
  • As soon as you cook meat at over 350 degrees, HCAs (carcinogens) are produced. Marinating before cooking is one way to reduce HCAs.
  • “We now know that monounsaturated fats can reduce the total cholesterol and the LDL while protecting the HDL, the good cholesterol.” page 33 Good Fat – Bad Fat by Louise Lambert-LaGace and Michelle LaFlamme, 1995. “Monounsaturated fats are found in plant foods such as olive oil, canola oil, hazelnuts oil, almonds, avacadoes, pistachios . . ”
  • Olive oil actually can reduce your risk of cardiovascular disease. That’s because olive oil containsphenol, an ingredient that keeps your arteries elastic. That’s important because “elastic” arteries can handle sudden changes in your blood flow –the secret of preventing a heart attack.” from the ad for Consumer Reports, ‘The Best of Health’ book
  • cod liver oil “Basiclly, if you’re taking your teaspoon full of cod liver oil, it’s fine…but higher levels are not associated with health.” Reinhold Vieth, professor, department of nutritional sciences at U of T.
  • SAGE – I now add a broken-up sage leaf or two to my soups. Sage contains essential oils, flavonoids, antioxidend enzymes and phenolic acid. Sage is supposed to enhance memory and reduce inflamation. from The Perricone Promise
  • The allium vegetables (onions, garlic, leeks, shallots) help improve blood cholesterol and fat profiles, as do spices, particularly ginger and tumeric.” Michael Vertolli
  • IRISH COFFEE – Only Irish coffee provides in a single cup all four essential food groups: alcohol, caffeine, sugar and fat.

Advil, Tylénol, Aspirin: quelles sont les différences et pour quels maux les prendre?

7 mai 2010 – Qui ne prend pas, à l’occasion, des analgésiques de marque Tylénol®, Advil®, Motrin® ou Aspirin®? Bien qu’ils soient tous en vente libre, chacun de ces analgésiques a ses propriétés spécifiques lorsque vient le moment de soulager un symptôme en particulier.
Selon le pharmacien Jean-Yves Dionne1, l’usage des analgésiques doit servir à traiter des maux mineurs.
« Ces médicaments en vente libre sont là pour soulager une douleur aiguë ou récurrente, et non pas une douleur chronique : pour traiter un problème majeur, il faut consulter son médecin », précise-t-il.
Trois grandes catégories
Il existe 3 grands types d’analgésiques sur les tablettes :
  • l’acétaminophène (Tylénol®, par exemple);
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (l’ibuprofène comme Advil® et Motrin®, ou l’acide acétylsalicylique, comme Aspirin®);
  • les produits topiques, qu’on applique sur la peau (Myoflex®, Antiphlogistine®, etc.) et qui ont une double action : les analgésiques et les rubéfiants (chaleur).

À chaque douleur son analgésique?

Voici un aperçu des maux qu’on peut soulager avec de l’acétaminophène ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène ou acide acétylsalicylique).
Mal de tête ou céphalée : l’acétaminophène, l’ibuprofène et l’acide acétylsalicylique ont tous la même efficacité.
Migraine : au moment de l’aura, l’ibuprofène peut atténuer le mal. Après, les analgésiques sont inutiles.
Gueule de bois
Pour soulager un mal de tête après avoir bu trop d’alcool, il est préférable de prendre de l’ibuprofène (Advil®, Motrin®, ou un générique). L’acide acétylsalicylique (Aspirin® ou un générique) irrite l’estomac, et l’acétaminophène (Tylénol® ou un générique) solliciterait trop votre foie déjà bien occupé.
Sinusite : tous les produits combinant l’acétaminophène ou l’ibuprofène avec un décongestionnant soulagent avec la même efficacité. Cependant, ils ne permettent pas de traiter la sinusite. Attention : le décongestionnant contient de la pseudoéphédrine, une substance qu’il faut éviter si on souffre d’hypertension.
Muscles endoloris, maux de dos, courbatures : tous les analgésiques réduisent la douleur qui survient à la suite d’un rhume ou d’un effort physique. Mais s’il s’agit d’un spasme musculaire, il faut privilégier un anti-inflammatoire combiné à un relaxant musculaire à base de méthocarbamol (Robax Platinum®, par exemple).
Douleurs articulaires : si les douleurs sont attribuables à une blessure, il faut alors diminuer l’inflammation. Pour ce faire, on utilise d’abord de la glace (de 10 à 15 minutes toutes les heures ou les 2 heures). Par la suite, on prendra un anti-inflammatoire en suivant la posologie.
À noter : on reconnaît l’inflammation à 3 signes :
  • rougeur
  • chaleur
  • enflure
S’il s’agit d’une douleur chronique attribuable à une tendinite ou à une bursite, par exemple, l’acétaminophène est à privilégier puisque l’inflammation n’est pas en cause.
« On peut aussi prendre de l’extrait de saule, dans la section des produits naturels : ça marche et ça évite les problèmes d’estomac », précise Jean-Yves Dionne.
Arthrose et arthrite rhumatoïde : parce que les douleurs arthritiques ne sont pas attribuables à l’inflammation, on choisira plutôt l’acétaminophène.
Attention : l’usage topique de diclofénac (ou Voltaren®), vendu sur ordonnance, est associé à une accélération de l’arthrose, d’après le pharmacien Jean-Yves Dionne.
À noter également que l’usage d’acétaminophène ne guérit pas l’arthrose ou l’arthrite : il ne fait qu’atténuer la douleur.
Douleurs menstruelles : pour un soulagement rapide, tous les produits analgésiques s’équivalent, avec une légère préférence pour les anti-inflammatoires.
Mais à plus long terme, la prise d’un supplément d’oméga-3 riche en acide eicosapentaénoïque (AEP) peut être utile. « L’AEP diminue l’inflammation à long terme et, après 2 ou 3 cycles menstruels, peut réduire les douleurs », d’ajouter le pharmacien.
Mal de dents : l’ibuprofène est plus efficace que l’acétaminophène, en raison de son action anti-inflammatoire. Du côté des produits de santé naturels, l’huile de clou de girofle peut aussi être efficace.

Produit original ou générique?

Sur le plan pharmacologique, les produits génériques (ou maison) sont censés être aussi efficaces, puisqu’ils ont une composition « bioéquivalente », selon Jean-Yves Dionne.
Mais, le produit original est lié à une connotation psychologique qui favorise l’effet placebo « qui fait partie de tout traitement qui fonctionne », soutient-il. « De sorte que si vous estimez que le produit original est plus efficace pour vous, pourquoi vous en priver? »

Attention au risque de toxicité

Enfin, malgré leur utilité, les analgésiques peuvent être contre-indiqués et toxiques, dans certains cas. D’où l’importance de prendre le temps de lire les étiquettes de ces produits.
  • Surdose d’acétaminophène : risque d’endommager le foie de façon irréversible, en raison du phénomène de nécrose hépatique. Ne pas dépasser les dosages.
  • Surdose d’anti-inflammatoire : risque irritation, ou même d’ulcère de l’estomac, en surdosage aigu. Si le surdosage est fréquent, on risque des problèmes d’irritation du système digestif et des ulcères.
Martin LaSalle – PasseportSanté.net
1. Cet article résume 2 capsules audio-balado réalisées avec Jean-Yves Dionne. La première balado traite des différences entre les types d’analgésiques. Pour l’écouter : http://medias.passeportsante.net/balado/capsule_sante-jyd-2010.mp3. La deuxième balado – qui sera en ligne le lundi 10 mai – indique quels analgésiques privilégier selon les symptômes.

Wikio

%d bloggers like this: