Category Archives: boissons sucrées

>Vous avez soif? Méfiez-vous des jus de fruits!

>

Vous avez soif? Méfiez-vous des jus de fruits!

4 avril 2011 – Il faut éviter de boire les jus de fruits comme de l’eau, prévient la nutritionniste Nathalie Jobin, chargée de projet chez Extenso, le centre de référence en nutrition humaine de l’Université de Montréal.

Un verre d’eau demeure le meilleur choix pour étancher la soif : l’eau est sans sucre, sans calorie et sans additif.
« Il est facile de prendre de grosses portions de liquides et ne pas se rendre compte de la quantité de calories et de sucre qu’on vient d’ingurgiter en quelques minutes. Ceci vaut pour les jus purs à 100 %, et aussi pour les boissons aux fruits ainsi que les boissons gazeuses », précise Nathalie Jobin.
Elle rappelle qu’on vend des bouteilles de jus en portion individuelle de 400 ml, soit presque l’équivalent de 4 oranges. On ne mangerait jamais 4 oranges, une après l’autre.
« Le désavantage du jus pur à 100 % est qu’il contient très peu de fibres, donc il est peu rassasiant comparativement à un fruit frais qui va prendre de la place dans l’estomac et apporter des fibres, une satisfaction et une satiété », estime la nutritionniste.
De plus, les jus de fruits purs à 100 % – préparés à partir de la pulpe ou de la chair d’un fruit – contiennent du sucre naturellement présent dans les fruits.
Il faudrait donc essayer de limiter sa consommation de jus à 1 tasse par jour, soit 250 ml, et de boire, le reste de la journée, de l’eau, du thé, des tisanes, de l’eau pétillante…
Toutefois, si on prend du jus, il vaut mieux prendre du vrai jus, car il contient des vitamines et desminéraux qu’on ne retrouve pas dans les cocktails, par exemple.
Attention de ne pas confondre les jus de fruits avec les boissons, punchs, cocktails ou cristaux aux fruits qui ont du sucre ajouté, des colorants et des saveurs artificielles. Il suffit de consulter la liste des ingrédients sur l’étiquette pour s’en assurer.

Boissons gazeuses : obésité, érosion de l’émail des dents et perte de calcium

On ne le dira jamais assez, les boissons gazeuses sont composées de sucre, de colorant et de calories. Boire une canette de boissons gazeuses de 355 ml équivaut à manger 8 c. à thé de sucre en quelques minutes, selon Nathalie Jobin.
Cet excès calorique peut entraîner des problèmes d’obésité.
Et même si on est tenté de se tourner vers les boissons diète qui contiennent peu ou pas de calories, ces boissons contribuent quand même à entretenir un goût pour le sucre, croit-elle.
Les boissons gazeuses sont aussi acides et peuvent causer l’érosion de l’émail des dents.
« Le problème est que les gens ont tendance à siroter plus longtemps leur boisson gazeuse. Le fait de maintenir la bouche dans une acidité constante provoque une érosion de l’émail des dents », ajoute la chargée de projet chez Extenso.
« De plus, enchaîne-t-elle, toutes les boissons de type cola qui contiennent de la caféine peuvent contribuer à une plus grande perte de calcium dans l’urine ce qui pourrait avoir des effets sur les os ».
Ce goût pour les bulles peut être remplacé par de l’eau minérale à laquelle on peut ajouter un peu de jus de fruits, comme du jus de canneberge. « On peut mettre aussi des morceaux d’agrumes dans notre eau pétillante ou des feuilles de menthe, selon nos préférences », souligne-t-elle.
Et l’eau vitaminée? « Elle est souvent sucrée par un édulcorant. L’eau vitaminée n’est pas nécessaire. Normalement, on comble nos apports en minéraux et en vitamines avec les aliments », conclut Nathalie Jobin.
Réagissez à cette nouvelle dans notre blogue Les jus de fruits purs à 100 %, pas toujours un choix santé.
Carole Boulé – PasseportSanté.net

Wikio

Cancer du pancréas: attention aux aliments sucrés et raffinés

Cancer du pancréas: attention aux aliments sucrés et raffinés
20 juillet 2010 – Manger régulièrement des sucreries et des aliments ayant un index glycémique élevé (pain blanc, gâteau, céréales raffinées…) serait associé à une augmentation du risque d’être atteint d’un cancer du pancréas. En comparaison, la consommation élevée de fruits aurait plutôt un effet protecteur.
Une équipe de chercheurs italiens et américains en est venue à cette conclusion1 en examinant les habitudes de consommation de près de 1 000 adultes italiens. Un tiers d’entre eux étaient atteints d’un cancer du pancréas tandis que les autres participants ne l’étaient pas.
Les participants qui avaient une diète caractérisée par un index glycémique élevé avaient plus de risque de souffrir de cette forme de cancer que ceux dont l’index était bas. Et plus cet index était élevé, plus le risque était accru. En effet, les participants affichant l’index le plus élevé couraient 78 % plus de risque que ceux présentant l’index le plus faible. Les chercheurs ont aussi tenu compte de la charge glycémique des aliments, mais n’ont pas trouvé d’association avec le cancer du pancréas.
L’index glycémique
L’index glycémique (IG) permet de classer les aliments en fonction de l’élévation du taux de glucose sanguin qui survient après qu’on les ait consommés.
Quand l’IG dépasse 50, l’aliment est considéré hyperglycémiant. C’est notamment le cas du riz blanc et du pain blanc qui provoquent un apport bref, mais rapide de glucose dans le sang. Les aliments à index glycémique bas, comme les céréales à grains entiers, les fruits et les légumes, entraînent une hausse plus lente du glucose sanguin.
La charge glycémique
La charge glycémique (CG) tient compte de l’effet « antiglycémiant » des fibres alimentairesprésentes dans un aliment ainsi que la quantité de glucides et de fibres dans une portion. Par exemple, le melon, qui a un IG très élevé (72), a une basse CG (4) en raison des fibres qu’il contient. En comparaison, le tapioca, qui contient peu de fibres, a une CG de 75; et la farine blanche une CG de 48.
Pour en savoir plus, consultez notre fiche sur l’index et la charge glycémiques.
Les chercheurs ont aussi établi un lien entre une consommation élevée de sucre, de friandises, de miel et de confitures et le cancer du pancréas. Fait intéressant, en concentrant leurs analyses sur les fruits, ils ont montré une diminution du risque de cancer pancréatique chez les participants qui en consommaient le plus.
Selon la Société canadienne du cancer, environ 4 000 nouveaux cas de cancer pancréatique sont diagnostiqués annuellement. Cette maladie fait 3 900 victimes chaque année au pays, dont le quart au Québec. C’est le 5e cancer en importance dans les pays industrialisés.
Louis Gagné – PasseportSanté.net
1 Rossi M, Lipworth L et alDietary glycemic index and glycemic load and risk of pancreatic cancer: a case-control study,Annals of Epidemiology, 2010: 20 (6): 460-465.

Wikio

Tension artérielle: liée à la consommation de boissons sucrées?

16 juin 2010 – Réduire sa consommation de boissons sucrées (jus avec sucre ajouté, boissons gazeuses, thé glacé, etc.) serait associée à une baisse de la tension artérielle, révèle une étude1américaine.

Une équipe de chercheurs louisianais a suivi, durant 18 mois, 810 adultes souffrant de préhypertension (120-139 mmHg) ou d’hypertension de stade 1 (140-159 mmHg). La pression artérielle des participants a été mesurée à plusieurs reprises tout au long de l’étude et on a recueilli des données précises concernant leurs apports en divers aliments et boissons.
Au cours de l’étude, les participants étaient invités à modifier certains aspects de leurs habitudes alimentaires afin de mesurer l’effet de ces changements sur leur pression artérielle. Le tiers d’entre eux (270 participants) ont réduit leur consommation de boissons sucrées.
Les résultats indiquent qu’une réduction de 375 ml par jour de la consommation de boissons sucrées a permis une baisse de 1,8 mmHg de la pression systolique et une diminution de 1,1 mmHg de la pression diastolique. Les boissons diététiques (édulcorées à l’aide de succédanés de sucre) n’ont eu aucune incidence significative sur la pression sanguine. Les boissons riches en caféine non plus. Par contre, les auteurs ont observé qu’une réduction de l’apport alimentaire global en sucre était associée à une baisse significative de la pression artérielle.
Les boissons sucrées constituent la plus importante source de sucre dans l’alimentation des Américains. On estime que l’Américain moyen absorbe 875 ml par jour de diverses boissons sucrées. Selon les auteurs, les résultats de leur étude devraient inciter les autorités sanitaires à envisager la création de programmes visant à réduire la consommation de boissons sucrées au sein de la population.
Selon leurs estimations, une réduction moyenne de 3 mm Hg de la pression systolique permettrait de diminuer de 8 % le taux de mortalité associé aux AVC et de 5 % les mortalités dues aux troubles coronariens.
On ignore encore quels sont les mécanismes par lesquels le sucre pousserait la pression artérielle à la hausse, mais les preuves cliniques venant appuyer cette hypothèse s’accumulent. Bien sûr, la diminution de l’apport en calories entraîne une perte de poids, ce qui contribue à abaisser la pression artérielle, mais les auteurs de la présente étude soulignent que la réduction de l’apport en sucre présente des effets hypotenseurs supérieurs à ceux que l’on pourrait attribuer à la perte de poids qu’elle occasionne.
Il faudra cependant mener des essais cliniques pour mesurer l’efficacité de la réduction de la consommation des boissons sucrées sur l’hypertension artérielle, précisent les chercheurs.
Pierre Lefrançois – PasseportSanté.net

Wikio

%d bloggers like this: