Category Archives: Cancer du pancréas

Contre le cancer du pancréas, mangez une de ces noix tous les jours


Cher lecteur,

Voici un moyen on ne peut plus simple de réduire votre risque du pire des cancers, le cancer du pancréas.
Il vous suffit de manger une noix du Brésil par jour.

Cette information vaut de l’or car le cancer du pancréas est une vraie s***perie : 19 personnes sur vingt en meurent dans les cinq ans. C’est ce cancer qui a tué le patron d’Apple, Steve Jobs, en octobre dernier.

Une noix qui pourrait mieux faire en terme de goût

La noix du Brésil est cette noix brune à l’extérieur, couleur de porcelaine à l’intérieur, qui a la forme d’un petit quartier de mandarine.

Sa saveur est fade comparée aux noix de Grenoble, amandes, noisettes ou noix de pécan, et elle paraît bien dure et sèche au départ. Mais riche en huile, sa texture se révèle fondante quand on la croque et elle se laisse finalement bien grignoter avec un peu de sel.

Vous la trouvez de plus en plus souvent dans les mélanges pour apéritif. En effet, parce que son apparence est incroyablement stable (rien ne ressemble plus à une noix du Brésil qu’une autre noix du Brésil), les industriels la préfèrent aux autres noix plus capricieuses, et essayent d’en glisser un peu partout. Et c’est tant mieux pour notre santé.

Toutefois, si en aspirant votre voiture de retour de vacances, vous retrouvez sous un fauteuil une noix du Brésil datant d’un pique-nique improvisé au volant l’année dernière, réfléchissez avant de l’enfourner : du fait de sa haute teneur en lipide, la noix du Brésil rancit facilement. C’est pourquoi il faut les consommer vite ou, mieux, les écaler soi-même. Vous pouvez aussi les conserver au congélateur, ce qui est d’ailleurs recommandé pour toutes les noix. De toutes façons, l’idéal est de les acheter en petites quantités dans un magasin où le roulement des stocks est rapide. Enfin, pour les mêmes raisons, préférez les noix qui ont conservé leur peau brune, qui protège du rancissement.

Les miracles de la noix du Brésil sur vos cellules

La noix du Brésil est, de loin, l’aliment le plus riche sur terre en sélénium. Une seule noix vous apporte la ration quotidienne en sélénium dont vous avez besoin (95 microgrammes). Et c’est par là que commence son pouvoir anti-cancer.

Le sélénium est un oligo-élément, c’est-à-dire que vous n’en avez besoin qu’en très petites quantités, mais vous devez absolument le trouver dans votre nourriture car votre corps ne peut pas en produire lui-même.

Le sélénium permet la production de glutathion-peroxydase, un anti-oxydant d’une importance capitale pour vos cellules. La glutathion-peroxydase est un enzyme qui travaille de concert avec la vitamine E pour protéger les membranes cellulaires contre l’oxydation provoquée par les radicaux libres. Et comme vous le savez, les radicaux libres, lorsqu’ils sont en excès, entraînent un vieillissement précoce et contribuent à l’apparition de certains types de cancers.

Or, justement, en plus d’être très riche en sélénium, les noix du Brésil sont pleines de vitamine E. C’est une excellente chose car la vitamine E naturelle s’assimile beaucoup mieux que la vitamine E synthétique, mais elle est rare dans l’alimentation (on n’en trouve en grande quantité que dans l’huile de germe de blé, un aliment qui ne se trouve pas dans toutes les assiettes). De plus, les chercheurs pensent que seule la vitamine E naturelle, qui est un savant mélange de huit composés chimiques (pour les chimistes, quatre tocophérols et quatre tocotriénols), a un vrai effet préventif.

Le lien entre le sélénium, la vitamine E et la vitamine C, les trois principaux anti-oxydants, et la prévention du cancer a été établi la semaine dernière par des chercheurs qui avaient recruté 23 500 personnes pour l’étude EPIC (European Prospective Investigation of Cancer).

Cette étude a duré quatre ans et de nouvelles conclusions viennent d’être publiées dans une revue spécialisée de nutrition. (1)

Il s’avère que, pendant l’étude, 49 participants ont développé un cancer du pancréas, un nombre qui est monté à 86 en 2010.

Or, les personnes faisant partie du quart ayant le plus de sélénium dans leur alimentation avaient un risque diminué de moitié d’être touchée par le cancer du pancréas, et même réduit des deux tiers s’ils consommaient aussi beaucoup de vitamine E et de vitamine C !!

Alors, comme je ne doute pas que vous consommiez déjà beaucoup de vitamine C puisque vous mangez de nombreux légumes et fruits (notamment des myrtilles et des framboises !), il m’a semblé crucial de vous dire d’ajouter à cet excellent régime alimentaire une noix du brésil par jour, pour le sélénium et la vitamine E. 

Si vous avez des doutes sur vos apports en vitamine E, vous pouvez donc aussi faire vos vinaigrettes avec un peu d’huile de germe de blé, ou encore manger des amandes et de graines de tournesol. Saupoudrées sur votre salade verte, c’est excellent.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis 

Cancer du pancréas: le fructose alimenterait les cellules cancéreuses

Cancer du pancréas: le fructose alimenterait les cellules cancéreuses
17 août 2010 – Le fructose raffiné, qu’on retrouve dans une multitude de produits alimentaires transformés, contribuerait à la croissance des cellules responsables du cancer du pancréas.
C’est ce que soutiennent des chercheurs1 qui ont exposé des tumeurs pancréatiques, prélevées sur des patients, à du glucose ou du fructose.
Comme d’autres études l’ont démontré, le glucose – ou sucre raffiné – a facilité la croissance des cellules cancéreuses. Toutefois, le fructose raffiné a eu un effet semblable.
Bien que l’expérience ait été menée sur des cellules de cancer du pancréas, les chercheurs soulignent que l’effet procancer du fructose pourrait s’appliquer à d’autres types de cancers.
De même, les concentrations de fructose auxquelles les cellules cancéreuses ont été exposées en laboratoire correspondent à des concentrations comparables à celles que l’on retrouve actuellement dans l’alimentation humaine, selon les chercheurs.
Précisons que la consommation de fructose a considérablement augmenté au cours des 40 dernières années, principalement depuis l’apparition, au début des années 1970, du sirop de maïs hydrolysé riche en fructose.
Cet édulcorant a remplacé le glucose dans une foule d’aliments préparés, en raison de son faible coût et de son important pouvoir sucrant. On estime que la consommation de fructose chez les humains a été multipliée par 1 000 entre 1970 et 1990.
On retrouve le sirop de maïs hydrolysé riche en fructose dans les pâtisseries, les boissons sucrées, les friandises, les gâteaux et les biscuits, les repas congelés, le ketchup, les vinaigrettes commerciales, les barres de céréales ainsi que dans une foule d’autres aliments transformés.
Pierre Lefrançois – PasseportSanté.net
1. Liu H, Huang D, et al. Fructose induces transketolase flux to promote pancreatic cancer growthCancer Res. 2010 Aug 1;70(15):6368-76.

Wikio

Cancer du pancréas: attention aux aliments sucrés et raffinés

Cancer du pancréas: attention aux aliments sucrés et raffinés
20 juillet 2010 – Manger régulièrement des sucreries et des aliments ayant un index glycémique élevé (pain blanc, gâteau, céréales raffinées…) serait associé à une augmentation du risque d’être atteint d’un cancer du pancréas. En comparaison, la consommation élevée de fruits aurait plutôt un effet protecteur.
Une équipe de chercheurs italiens et américains en est venue à cette conclusion1 en examinant les habitudes de consommation de près de 1 000 adultes italiens. Un tiers d’entre eux étaient atteints d’un cancer du pancréas tandis que les autres participants ne l’étaient pas.
Les participants qui avaient une diète caractérisée par un index glycémique élevé avaient plus de risque de souffrir de cette forme de cancer que ceux dont l’index était bas. Et plus cet index était élevé, plus le risque était accru. En effet, les participants affichant l’index le plus élevé couraient 78 % plus de risque que ceux présentant l’index le plus faible. Les chercheurs ont aussi tenu compte de la charge glycémique des aliments, mais n’ont pas trouvé d’association avec le cancer du pancréas.
L’index glycémique
L’index glycémique (IG) permet de classer les aliments en fonction de l’élévation du taux de glucose sanguin qui survient après qu’on les ait consommés.
Quand l’IG dépasse 50, l’aliment est considéré hyperglycémiant. C’est notamment le cas du riz blanc et du pain blanc qui provoquent un apport bref, mais rapide de glucose dans le sang. Les aliments à index glycémique bas, comme les céréales à grains entiers, les fruits et les légumes, entraînent une hausse plus lente du glucose sanguin.
La charge glycémique
La charge glycémique (CG) tient compte de l’effet « antiglycémiant » des fibres alimentairesprésentes dans un aliment ainsi que la quantité de glucides et de fibres dans une portion. Par exemple, le melon, qui a un IG très élevé (72), a une basse CG (4) en raison des fibres qu’il contient. En comparaison, le tapioca, qui contient peu de fibres, a une CG de 75; et la farine blanche une CG de 48.
Pour en savoir plus, consultez notre fiche sur l’index et la charge glycémiques.
Les chercheurs ont aussi établi un lien entre une consommation élevée de sucre, de friandises, de miel et de confitures et le cancer du pancréas. Fait intéressant, en concentrant leurs analyses sur les fruits, ils ont montré une diminution du risque de cancer pancréatique chez les participants qui en consommaient le plus.
Selon la Société canadienne du cancer, environ 4 000 nouveaux cas de cancer pancréatique sont diagnostiqués annuellement. Cette maladie fait 3 900 victimes chaque année au pays, dont le quart au Québec. C’est le 5e cancer en importance dans les pays industrialisés.
Louis Gagné – PasseportSanté.net
1 Rossi M, Lipworth L et alDietary glycemic index and glycemic load and risk of pancreatic cancer: a case-control study,Annals of Epidemiology, 2010: 20 (6): 460-465.

Wikio

%d bloggers like this: