Category Archives: lait

10 minutes pour convaincre des dangers des produits laitiers


Nous sommes de plus en plus nombreux à ne plus consommer de produits laitiers mais dans notre entourage, nous avons tous des personnes qui restent persuadées que le lait est indispensable pour les os.

Il n’est pas facile de convaincre, en dix minutes, une personne qui boit du lait de vache depuis 35 ans d’arrêter du jour au lendemain. 

Mais nous allons tout de même essayer : 

..1 Les recommandations officielles sont biaisées

Les recommandations officielles du gouvernement de consommer au moins 3 produits laitiers par jour sont établies par un comité d’expert desanté

Ce comité est composé d’une trentaine de personnes, dont au moins 19 sont directement affiliées à l’industrie laitière (Danone, Nestlé, etc.). Il n’y a aucune transparence, les recommandations officielles sur les laitages n’ont donc aucun crédit.

..2 L’homme est la seule espèce à consommer du lait d’une autre espèce à l’âge adulte

L’espèce humaine a survécu et évolué pendant 7 millions d’années sans aucun produit laitier, se nourrissant de lait maternel uniquement dans sa petite enfance. Sur les squelettes des hommes préhistoriques, on ne trouve trace d’aucune des maladies osseuses connues aujourd’hui.

Les produits laitiers sont apparus il n’y a que 10.000 ans dans notre histoire ce qui est, à l’échelle de l’évolution, très récent.

Le résultat de ces millions d’années d’évolution sans lait ? 75% de la population mondiale est intolérante aux produits laitiers à l’âge adulte. L’homme est la seule espèce sur Terre qui consomme le lait d’une autre espèce à l’âge adulte.

..3 Les pays qui consomment le plus de lait ont le plus de fractures

En 2002, l’Organisation Mondiale de la Santé reconnait elle-même un « paradoxe du calcium ». Les pays qui consomment le plus de produits laitiers au monde (les pays scandinaves) ont les os les plus lourds, sont les plus grands, et ont le plus de fractures du col du fémur.

A l’inverse, les populations d’Afrique et certaines d’Asie qui consomment le moins de produits laitiers affichent une santé osseuse parfaite, avec des taux de fracture les plus bas qui soient. Ce n’est pas une coïncidence.

NB : à ce stade, votre interlocuteur pourrait vous rétorquer que ces résultats s’expliquent par le manque de vitamine D dans les pays scandinaves, lié au manque d’ensoleillement. 

Il est vrai que la vitamine D est essentielle dans la fixation du calcium par nos os. Les scandinaves ont certes moins de vitamine D que les autres populations de la planète des contrées plus ensoleillées. 

..4 Aucune étude n’a démontré que le lait protège des fractures

Il n’existe aujourd’hui aucune preuve que la consommation de produits laitiers protège vos os au cours de votre vie des risques de fractures. 

25 millions de nourrissons américains élevés strictement sans lait de vache (mais avec des substituts au soja) ont affiché une croissance NORMALE et aucun problème de malnutrition. 

Cerise sur le gâteau, la consommation de produits laitiers et la fréquence des fractures du col du fémur ont été relevées chez plus de 150.000 femmes ménopausées. Celles qui ont consommé le plus de produits laitiers dans leur vie (surtout pendant l’enfance et l’adolescence) n’ont pas moins de fracture que les femmes qui en ont consommé le moins. 

..5 Les produits laitiers modernes sont pires que tout

Les produits laitiers d’aujourd’hui sont très loin de ressembler (sauf la couleur !) à ceux que buvaient vos parents ou grand parents.

Aujourd’hui, le lait de vache contient une soupe d’hormones sexuelles (œstrogène et progestérone) qui favorise les cancers de l’utérus et celui du sein.

Le lait de vache, c’est une machine à stimuler la production d’IGF-1 pour faire grandir le veau, qui va peser plus de 300 kilos un an après sa naissance. L’IGF-1 est un facteur de croissance qui va booster la prolifération (ou la multiplication) de vos cellules. Vous allez grandir, sauf que… L’IGF-1 développe toutes les cellules de l’organisme, même les pré-cancéreuses et les cancéreuses. C’est ainsi que certaines études ont relié la consommation de laitage à la survenue du cancer de la prostate chez l’homme ou des ovaires chez la femme. 

Finalement, tous les pesticides et engrais chimiques utilisés dans les fourrages des vaches se retrouvent dans le lait que vous buvez. 

..6 Le lait peut causer le diabète de type 1

Le lait de vache contient de l’insuline bovine très similaire à celle de l’homme. Mais suffisamment pour que notre système immunitaire ne la reconnaisse pas et l’attaque avec des anti-corps. Ces mêmes anti-corps ne feront ensuite pas la différence entre l’insuline bovine et la nôtre. 

Le résultat ? Une maladie auto-immune, nos anticorps détruisent les cellules bêta du pancréas, l’insuline n’existe plus. Vous êtes diabétique de type 1, la forme la plus grave du diabète.

..7 Le lait contribue à acidifier l’organisme, ce qui fragilise les os

Il est maintenant prouvé que notre surconsommation de protéines animales et de sel acidifient notre organisme qui compense en récupérant des « tampons » un peu partout dans notre corps. 

Lequel est le plus utilisé ? Des citrates de calcium, celui de notre squelette ! Oui, trop de sel, trop de viande, dégrade votre squelette. Comble de l’ironie, les produits laitiers font dramatiquement chuter les concentrations de vitamine D, cette même molécule qui nous aide à fixer le calcium ! 

..8 Et pour conclure…

Le lait de vache n’est pas un poison mortel qui vous enverra sans détour au cimetière. Vous resterez probablement en bonne santé même si vous consommez beaucoup de laitages. Cependant, à l’échelle de la planète, cette surconsommation est dangereuse pour la santé

Il faut simplement réduire sa consommation et (mon avis personnel) arrêter totalement le lait de vache industrialisé. 

Et voilà : dix minutes. A votre santé ! 

Jean-Marc Dupuis et Jérémy Anso 

Une autre étude démontre que les produits laitiers aident à maigrir

Une autre étude démontre que les produits laitiers aident à maigrir
5 novembre 2010 – La consommation quotidienne de produits laitiers riches en calcium et en vitamine D aiderait les personnes suivant un régime à maigrir davantage, selon une étude israélienne1.
Des chercheurs sont arrivés à cette conclusion en observant durant 2 ans l’effet de la consommation de lait, de fromage et d’autres produits laitiers sur 322 hommes et femmes âgés de 40 ans à 65 ans ayant un excès de poids.
Les participants ont été assignés au hasard à l’une des diètes suivantes : faible en gras, faible en glucides et régime méditerranéen. La quantité de produits laitiers consommée était laissée à leur bon vouloir.
Résultats : les participants qui ont ingéré le plus de produits laitiers – 583 mg de calcium laitier, soit l’équivalent de 2 tasses de lait par jour – ont réussi à perdre environ près de 6 kilos (13 livres) après 2 ans de régime. Chez ceux qui en ont consommé le moins (150 mg par jour), la perte de poids a été 2 fois moindre, soit environ 3 kilos (7 livres).
Selon les auteurs de l’étude, le calcium laitier possède des propriétés anti-obésité découlant de composantes bioactives supérieures à celles retrouvées dans des suppléments de calcium. C’est notamment le cas des protéines laitières, qui ont la capacité d’inhiber certains enzymes impliqués dans le stockage des gras.

L’apport de la vitamine D

Outre le calcium laitier, les chercheurs ont découvert que le taux sanguin de vitamine D était plus élevé chez les personnes ayant perdu le plus de poids. Comme pour le calcium, ce résultat a été obtenu quel que soit le type de régime suivi par les participants.
La vitamine D joue un rôle important dans l’absorption du calcium par l’organisme. Il est donc possible, selon les chercheurs, que les fortes concentrations de vitamine D agissent sur les voies métaboliques qui favorisent la perte de poids.

Un sujet controversé

Ce n’est pas la première étude à associer la consommation de produits laitiers à la perte de poids. Mais le sujet est source de controverse puisque d’autres travaux ont échoué à montrer cette association, rappelle Marielle Ledoux, professeur titulaire et directrice du Département de nutrition à l’Université de Montréal.
« Cette étude ne montre pas une relation de cause à effet, si bien que l’on ne sait pas si c’est réellement la consommation de produits laitiers qui permet la perte de poids, dit-elle. Elle ne garantit donc pas la perte de poids, mais elle limite peut-être le gain de poids. »
La majorité des participants ne rencontraient pas les apports quotidiens recommandés en calcium et en vitamine D en début d’étude, fait-elle remarquer. « Si leurs besoins étaient remplis, est-ce que prendre davantage de produits laitiers aiderait à la perte de poids? Nous ne le savons pas, mais cela peut suggérer qu’il est important de s’assurer de prendre les apports recommandés en calcium et en vitamine D pour contrôler son poids », dit-elle.
L’étude israélienne suggère que ce n’est pas uniquement le calcium qui joue un rôle dans la perte de poids, mais aussi les composantes mêmes du lait. La prise de suppléments de calcium ne serait donc pas aussi efficace. « En plus du calcium laitier, il y a d’autres substances, comme les protéines et les minéraux, qui sont en jeu et d’autres études sont nécessaires pour comprendre cela », affirme Marielle Ledoux.
Selon les observations cliniques du chercheur Angelo Tremblay, la perte de poids et de masse adipeuse des participants, qui devaient restreindre leur apport en calories, a été plus élevée chez ceux qui ont pris des suppléments de calcium. Et les résultats ont été encore plus marqués chez les sujets qui ont augmenté leur apport en calcium en buvant du lait.
Louis M. Gagné – PasseportSanté.net
1. Shahar DR, Schwarzfuchs D et alDairy calcium intake, serum vitamin D, and successful weight lossAm J Clin Nutr. 2010 Nov;92(5):1017-22.

Wikio

Un bol de céréales serait aussi efficace qu’une boisson sportive après une activité physique

4 août 2009 – Après une longue séance d’activité physique, un bol de céréales avec du lait écrémé aiderait tout autant nos muscles à récupérer que les boissons sportives, selon une étude américaine financée par la compagnie General Mills.

Le petit essai clinique a été mené auprès de 12 cyclistes qui ont été invités à faire du vélo stationnaire. Après 2 heures d’exercice modéré, ils ont reçu une collation contenant environ 80 g de glucides. La moitié des cyclistes ont bu deux bouteilles de boisson sportive. Les autres ont mangé un bol de céréales de grains entiers sucrés dans du lait écrémé.

À l’aide de prises de sang et de biopsies, les chercheurs de l’Université du Texas ont conclu qu’il n’y avait pas d’avantage à prendre une boisson sportive. Les tissus musculaires referaient leurs réserves énergétiques aussi bien avec un bol de céréales. Mieux encore : la synthèse de protéines était un peu meilleure avec les céréales.

Rappelons qu’en s’activant, on oblige, entre autres, nos muscles à puiser dans leurs réserves de glycogène, une substance de stockage du glucose. Après une longue période d’activité sportive, il faut refaire ces réserves rapidement. On recommande donc d’ingérer au moins 50 g de glucides pendant les 30 minutes qui suivent un exercice de longue durée. Si l’exercice est court et d’intensité modérée, on peut attendre le prochain repas avant de manger.

Marie-Hélène Croisetière – PasseportSanté.net

1. Kammer L, Ding Z, Cereal and nonfat milk support muscle recovery following exercise, J Int Soc Sports Nutr. 2009 May
Wikio

La meilleure des boissons pour votre santé : le lait

tion

Une nouvelle étude britannique a démontré que le lait diminue généralement le risque de maladie cardiaque.

Une étude publiée dans le Journal de l’American College of Nutrition a été mené grâce à la participation de 180 volontaires. Celle-ci a révélé que les personnes ayant consommées du lait étaient 10 à 15% moins susceptibles aux maladies cardiaques et 20 % moins susceptibles de subir un AVC que celles qui n’ont pas bu de lait.

De plus, les autorités sanitaires de nombreux pays conseillent de consommer 3 à 4 laitages par jour dans le but de favoriser la santé osseuse.

Rappelons que le lait est un aliment liquide complet, très nourrissant, réunissant à lui seul tous les composants nécessaires à l’alimentation humaine. 100 g de lait contient 87 g d’eau et 13 g de matières sèches.

Les principaux constituants de la matière sèche du lait sont :

La matière grasse : C’est le constituant le plus variable du lait, constituée d’un mélange d’acides gras saturés et non saturés.

Les protéines : On distingue deux groupes : les protéines de la caséine, qui représentent 80 % des protéines totales du lait et les séroprotéines, minoritaires (20 %), mais qui possèdent une valeur nutritive plus élevée que les premières.

Le lactose : C’est un sucre disaccharide qui se présente sous forme de solution et qui est généralement le principal élément solide du lait. Son pouvoir sucrant est six fois plus faible que celui du saccharose.

Les composants secondaires du lait sont constitués par les sels, les enzymes, les vitamines et les oligo-éléments. Sa richesse en calcium et en phosphore font du lait un aliment très adapté à la croissance des jeunes enfants.

Le lait fait-il grossir ?

Une étude menée durant 6 mois par les chercheurs de l’Université du Tennessee, expose ses résultats en matière de régime. Les personnes en surpoids buvant trois portions par jour de produits laitiers riches en calcium ont perdu plus de ventre que ceux qui ont suivi un régime alimentaire avec moins de deux portions laitière.

Le lait aide t-il au développement musculaire ?

Absolument. En fait, le lait est l’un des meilleurs aliments pour les muscles puisqu’il contient du lactosérum et de caséine. Les deux sont des protéines. Le lactosérum est connu sous le nom de “protéine rapide” car il est rapidement décomposée en acides aminés et absorbé dans la circulation sanguine.

La caséine, d’autre part, est digéré plus lentement. Il est donc idéal pour votre corps. Il lui donnera un approvisionnement régulier en plus petites quantités de protéines pour une plus longue période de temps entre les repas ou lorsque que vous dormez.

Wikio

%d bloggers like this: